Pour l’édition 2022 de l’Exposcience Occitanie, nous avons la chance d’accueillir comme marraine Audrey Dussutour, directrice de recherche au CNRS et éthologue au Centre de recherches sur la cognition animale CRCA/CBI (CNRS/Université Toulouse III – Paul Sabatier), spécialiste du comportement des fourmis et du désormais très connu blob.

Des fourmis au blob

En 2009, elle est recrutée par le CNRS après deux postdoctorats au Canada et en Australie. Jusqu’alors, elle travaillait sur les fourmis, mais c’est en Australie, en 2008,qu’elle a pu faire la découverte d’un nouvel objet d’études, le blob, qui sera un tournant dans sa carrière de chercheuse, puisque le blob se mettra dorénavant à occuper une grande partie de sa vie.

Ses recherches sur les fourmis lui ont permis de s’ouvrir au domaine de l’intelligence collective, elle a notamment pu travailler sur les déplacements collectifs et sur la nutrition collective. Ses travaux ont mis en avant le comportement spécifique des fourmis dans des situations données comme en cas d’embouteillage ; elle montrera aussi que les fourmis agissent comme un estomac collectif.

Elle a poursuivi son travail sur le comportement animal avec le blob qui, bien qu’il ne soit pas un animal, mais un organisme unicellulaire fait preuve d’un comportement qui lui est spécifique et qui est doté d’une forme d’intelligence. Audrey Dussutour a pour objectif, au travers de ces travaux, de montrer que l’intelligence ne se trouve pas uniquement où on l’attend, et que l’intelligence, ainsi que les comportements d’organismes unicellulaires peuvent être aussi riches que pour des organismes complexes.

Une passeuse de sciences

Audrey Dussutour est une chercheuse qui s’investit beaucoup dans la valorisation de ses recherches auprès du grand public. Son objectif est que ses recherches ne soient pas juste un travail qui sera inconnu de tous en dehors du milieu scientifique ou qui sera totalement inaccessible sans les bonnes clés de compréhension. C’est une démarche énergivore et chronophage, qu’il faut de ce fait saluer. Cela fait maintenant plusieurs années qu’elle s’est lancée dans cette longue campagne qui s’est avérée fructueuse avec de nombreux accomplissements à son actif.

En 2017, sors son premier ouvrage Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le blob sans jamais oser le demander, qui permettra de mettre le blob à portée du grand public en lui faisant alors découvrir cet organisme tout à fait à part. Un travail de valorisation et d’explication qui a eu beaucoup de succès et a vraiment permis de découvrir le monde des sciences de la meilleure des manières. Car outre parler du blob, il permet d’expliquer ce qu’est la recherche et quelles sont les problématiques actuelles inhérentes à ce milieu.

En 2019, le blob se rend visible aux visiteurs du zoo de Vincennes, permettant alors de toucher un public plus large, mais aussi plus jeune.

En 2021, le blob transcende cette fois-ci les limites terrestres et part dans l’espace à bord de la Station Spatiale Internationale en compagnie du spationaute français Thomas Pesquet, afin de mèner une expérience en micropesanteur sur le blob. En lien direct avec cette expérimentation, « Élève ton blob », ce sont 2000 classes de primaire, collèges et lycées qui vont pouvoir mener la même expérience que celle qui a lieu dans l’espace pour faire des comparatifs.

2021 est aussi l’année où Audrey Dussutour reçoit la médaille de médiation scientifique de la part du CNRS récompensant ses efforts et la qualité du travail qu’elle fournit pour la valorisation des sciences. Nous n’avons évoqué ici que les actions qui ont eu le plus d’ampleur, mais en réalité ce ne sont pas moins de 200 actions de médiations qui été menées par notre marraine.

Son travail de valorisation et de diffusion n’est cependant pas terminé, car 2022 va être le début d’un nouveau projet autour du blob, le projet de science citoyenne : « Derrière le blob, la recherche ». Il s’agit cette fois d’une expérience de sciences participative géante, qui va plus loin que les autres du fait que les personnes volontaires pourront être actrices dans la recherche sur le blob en recevant un blob à étudier selon un protocole scientifique. L’objectif étant d’impliquer différents publics dans la recherche tout en permettant de récolter des données à grande échelle sur l’influence des changements climatiques sur le blob.

Audrey Dussutour a reçu de nombreuses distinctions pour ses recherches. Lui a ainsi été remis le prix « Le monde de la Recherche » en 2007. Mais elle a aussi été récompensée par la société française pour l’étude du comportement animal en 2009, ainsi que par l’Académie royale des sciences de Belgique en 2011. Son travail et son apport pour le monde des sciences sont aussi reconnus par la France, qui la décore de l’Ordre national du Mérite en 2021. Son ouvrage sur le blob a lui obtenu le prix « Science pour tous » en 2019.

Vous pouvez retrouver nos sources ici

Si vous voulez en apprendre plus sur le blob vous pouvez lire l’ouvrage précédemment cité, ou voir le documentaire « Le blob, un génie sans cerveau » produit par Arte et réalisé par Jacques Mitsch.

Copyright : David Villa / ScienceImage / CRCA / CNRS

Audrey Dussutour, une éthologue qui a du blob.
Étiqueté avec :                

Un avis sur « Audrey Dussutour, une éthologue qui a du blob. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.